Le canon de 340 ST CHAMOND.

En avant première « mondiale », voici des images de la dernière réalisation de Serge Reix  au 1/20ème :

Le canon de 340 ST CHAMOND et ses plans officiels.

(Longueur de la voie 1,30 mm  longueur  de l’ensemble 0,90 m.)

Bravo à notre distingué modéliste, et merci à Roger Marouby pour les photos !

NOTA : Pour compléter ces photos, je vous propose un extrait d’un échange entre modélistes sur le Forum de Loto-Revue, ici : Le 340 modèle 12 ALVF St Chamond (Ironside)

« Une petite présentation de ce canon avant toute chose.

Le « 340mm modèle 12 sur affût à berceau de la compagnie des forges et aciéries de la marine et d’Homécourt (FAMH) », mieux connue sous le nom de St Chamond, a été construit dans la première partie de la guerre pour permettre à la fois une contrebatterie à longue distance, et la destruction d’ouvrages très protégés tout en conservant une mobilité raisonnable.

Un beau bébé au demeurant, 164 tonnes de bonne ferraille bien française dont au moins 67 pour le tube lui même, capable de caresser les mieux planqués des landser à plus de 33km avec un mignon petit obus de 400kg…

Dans l’entre deux guerres on atteindra même les 43km. de portée !

L’idée de départ était d’utiliser de gros canons de marines issus de cuirassés déclassés ou de leurs tubes de rechange (ici des pièces de l’artillerie principale des « Lorraine ») dans le combat terrestre. La masse des pièces imposait un transport par voie ferrée ce qui donna naissance à l’ALVF, artillerie lourde sur voie ferrée, dont la France se fit une spécialité puisqu’il y en aura plus de 250, de tous types, au front en 1918, dans des calibres allant du 16cm au 400mm…

Le 340 modèle 12 est intéressant dans la mesure où il est considéré comme un des engins les plus réussi en terme de portée et de précision. 6 furent construit et employés entre 1916 et 1918. Ils combattirent également au profit des Italiens et des Américains et continuèrent leur carrière jusqu’à la seconde guerre mondiale…

Il s’agit d’une pièce assez précoce qui n’atteint pas encore les perfectionnement de la fin du conflit puisqu’elle tire d’un emplacement préparé, non pas de la voie elle-même.

D’ailleurs le même 340 modèle 12 a été par la suite monté sur un affût à glissement Schneider (l’éternel concurrent des FAMH) livré en 1918, qui lui est un véritable canon sur rail, mais n’existe pas en maquette à cette échelle, une marque polonaise (5stars) le propose au 1/72… »

 

Page mise en ligne le 04-10-2018